Gandhi Vert

Argile, Nucléaire et Verts de Terres

Faire ses courses par un mois d’avril un peu radioactif

Par • 6 Avr, 2011 • Catégorie: Histoire

Dans son bulletin d’information du 5 avril “Contamination de la France : quels sont les risques ? “, la CRIIRAD indique quelques aliments à éviter au vu du contexte : “préférer pendant quelques semaines le lait « longue conservation » au lait frais, ne pas faire d’excès avec les fromages frais de brebis, les blettes ou les épinards.

Il faudra rester vigilant encore plusieurs semaines : “Ce mardi 5 avril, soit 24 jours plus tard, les rejets continuent. Cela signifie que les apports d’air contaminé sur l’Europe dureront tout autant, avec un décalage dans le temps liés au déplacement des gaz et aérosols radioactifs sur quelques 15 000 km (…) Les rapports techniques de l’exploitant (TEPCO) et de l’autorité de sûreté nucléaire japonaise (NISA) laissent craindre des rejets sur encore plusieurs jours voire plusieurs semaines.

Par ailleurs, la CRIIRAD publie une pétition demandant la transparence sur les mesures de radioactivité de l’air.

EDIT : Quelques précisions sur le sujet sont apportées par la note d’information de la CRIIRAD du 9 avril. Extraits :

« Il y a deux catégories d’aliments à risque : ceux qui sont contaminés par dépôt direct et ceux qui sont contaminés par transfert (lait et viande).


Les végétaux à larges feuilles type salades, blettes, épinards, choux, oseille… font partie des aliments les plus exposés.


Précisons que les particules radioactives déposées sur les surfaces foliaires sont rapidement métabolisées par la plante (phénomène de translocation) et le fait de laver la plante n’est pas efficace.


Le facteur de transfert de l’herbe au lait varie fortement selon qu’il s’agit de lait de vache ou de lait de chèvre ou de brebis dont la contamination peut être supérieure d’un ordre de grandeur à celle du lait de vache. »


Et pour finir : « Les risques sont certes très faibles mais si l’on tient compte de la durée possible de la contamination, de l’existence d’habitudes alimentaires particulières et de la vulnérabilité de certains groupes de populations (enfants, femmes enceintes ou allaitant), on n’est plus dans le domaine du risque négligeable et il semble utile d’éviter des comportements à risque. »

Marqué comme: , , , , , , ,

est
Email à cet auteur | Tous les Articles par

3 Réponses »

  1. Merci pour ces Infos, la CRIIRAD est le seul organisme a qui l’on puisse faire confiance sur ce sujet. L’ASN et l’INSERN sont des organismes d’état, or malheureusement en France, État = Nucleaire, CQFD

  2. L’IRSN, autant pour moi.

  3. Oui Boca, vous avez raison, il vaut mieux se méfier des informations provenant des organismes d’état. Le plus pertinent est de croiser les différentes sources, tout en accordant du crédit à des organismes indépendants comme la CRIIRAD

Laisser un Commentaire