Permaculture et Actifs financiers

Voilà un article hautement Gandhien. Comment sortir d’un schéma de domination par la consommation ? Comme Gandhi à du le faire lui-même dans l’Inde qui était encore colonie anglaise pour s’affranchir. Bien sûr nous ne sommes plus dans cet état d’agonie colonial, mais le problème reste le même, par la dette écologique et le danger que représente un certain type de consommation.

D’où cette idée de rapprocher deux notions, deux idées qui semblent antagoniques. Pourtant dans ce monde qui court à la catastrophe environnementale, l’idée d’investir dans des actifs qui prône une production alimentaire saine et respectueuse de la terre et de l’environnement semble logique. Sortir de la « Rat Race », cette petite roue qui tourne et que l’on fait tourner de plus en plus vite en consommant et travaillant toujours davantage pour… faire du sur place.


Ne pouvant pas se faire simplement, presque hors système si l’on peut dire, cet investissement du côté de l’agroécologie se fera sûrement par des investisseurs entrepreneurs qui contournent ce que leur offre ce grand supermarché qu’es devenu notre quotidien. Contourner, utiliser pour mieux en sortir.

Ils devront en même temps gérer l’affluence et la pénurie. Évoluer dans l’affluence du supermarché tout en se situant, en s’inventant en situation de manque. Recréer du vide, ou même le vide, dans l’affluence.

Pourquoi produire ses radis quand on peut les acheter pour quelques centimes « aujourd’hui » : savoir ce que l’on mange, gagner en autonomie en terme technique et matériel, diminuer les pollutions liées à un certain mode de consommation, transport, emballage, pesticide, publicité.

Au final produire des radis pourrait être aussi révolutionnaire que cela le fut pour Gandhi de produire ses propres habits traditionnels pour sortir de la domination du textile anglais.

Mais un simple article perdu dans les manades de la toile ne répondra pas seul à cette problématique révolutionnaire alors restez connecté pour la suite de ces réflexions…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *