Libye, le pétrole sent le sang

Au début de son mandat (en 2007), le président Sarkozy voulait vendre des centrales nucléaires françaises à là Libye, et aujourd’hui ce sont des avions français (mirage) qui tirent sur le peuple libyen (je ne parle même pas du pétrole et des ventes d’armes).

À ce niveau la, il ne s’agit pas d’une simple erreur de jugement. La France et son président à quelque chose à voir avec les balles qui tuent le peuple Libyen. Elle doit donc reconnaître ses erreurs, et sa responsabilité dans le massacre actuel.

Et en ce qui concerne le nucléaire, que cela nous serve de leçon, car aussi terrible que soit la mort par balle, le sabotage d’une installation nucléaire, pour l’humanité, sera toujours bien plus catastrophique, pusiqu’elle touchera plusieurs centaines de générations.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *