La dépression du cochon

Rien de tel qu’une petite grippe porcine pour se sentir exister. Les médias ont du grain à moudre, les financiers une raison tangible de désespérer, et les laboratoires pharmaceutiques se frottent les mains.