La Centrale Elisabeth Filhol

Pas de pathos mais une grande virée esthétique dans un monde que l’on croit connaître, et qui se dévoile peu à peu au fil des 141 pages. Un destin peu commun pour ces hommes souvent pénétrés par des doses radioactives, prêts à flirter avec le pire pour atteindre le coeur de leur centrale et honorer la mission.